La Geste du Sixième Royaume – Adrien Tomas nous fait vivre la guerre contre le Sixième Royaume, la Grande Forêt

5 royaumes entiers se soulèvent pour se battre contre une nature qui les effraie. Sans aucun doute est-ce bien plus que cela..

Pour une première fois, parlons d’un auteur français,  Adrien Tomas et son livre La Geste du Sixième Royaume. Et un peu plus récent aussi que les articles précédents, puisqu’il est sorti en 2011 ! Comme quoi, je ne fais pas que de la littéraire vieille de plus de dix ans.

Adrien Tomas et son livre méritent-t-ils le détour ? Eh puis, cette Geste, ça parle de quoi ? J’en parle de suite, ne soyez pas si pressés !

Où allons-nous sous la plume d’Adrien Tomas ?

6 Royaumes cohabitent sur la même terre, 6 royaumes distincts ayant pourtant quelques alliances… Dont la plus dangereuse de toutes, celle de 5 royaumes contre le Sixième, en plein centre de ces contrées. La Grande Forêt, lieu de mythes, de contes, de peurs et d’histoires sordides. Tous les monstres y sont, un cauchemar pour les enfants et le pire endroit du monde pour les parents.

Ce Sixième Royaume est pourtant le berceau de la nature, le berceau de la vie. Et il doit être protégé face à une guerre entre deux entités bien spéciales, selon les règles d’un rituel millénaires entre ces deux… choses.

Llir le Barde, Corius le demi-nain marchand, Maev la sorcière endormie depuis 500 ans, le voleur Moineau et Naorl l’homme-loup se sentent mystiquement attirés vers et peut-être par le Sixième Royaume. Un destin mêlé dans quelque chose qui semble les dépasser…

Si je devais donner mon avis sur la Geste du Sixième Royaume…

Sans rentrer dans les détails, Adrien Tomas nous fait voyager dans un univers éloigné du notre et pourtant… Pas tant que cela. Nous y retrouvons des défenseurs malgré eux pris dans un combat entre des êtres immatériels et supérieurs qui n’ont d’autre choix que d’être en conflit, de par leur nature antagonique. Sans parler de défenseurs (encore que…), ce conflit est un conflit que nous connaissons dans notre monde moderne, bien réel. Je n’en dis pas plus pour ne pas te gâcher la surprise, potentiel lecteur voulant lire le livre.

Ce que je peux dire ceci dit, c’est ce que je pense de ce livre. J’ai eu quelque peu du mal avec, à vrai dire. Au vue de l’intrigue, cela ne semble pas être le but mais il est dur cependant de s’identifier à ces personnages très différents qui manquent pourtant d’une réelle identité. Effectivement, je pense que cela est due à l’importance que donne Adrien Tomas au message (volontaire ou non) qu’il véhicule un message fort, qui a le mérite de faire prendre conscience que la nature est fragile, sur le fil. Un message très valable et qui a lui seul donne sa force à ce livre.

Malheureusement, cela ne fait pas tout. Je ne critique en rien son style d’écriture qui est plutôt simple et direct, mais le manque de décor permettant de se projeter dans le livre. La Geste du Sixième Royaume a beau être un livre faisant quelques 500 pages, les détails manquent. Adrien Tomas revisite à sa manière des espèces mystérieuses comme les Elfes, les Dragons, peut-être trop à sa manière, leur faisant perdre de leur superbe… Là encore peut-être au profit d’un message qu’il faut saisir plutôt que lire ?

Quelle conclusion à cette Geste du Sixième Royaume?

Hum… Une fois encore, j’ai eu beaucoup de mal à me lancer dans cette phase de « lecture effrénée qui laisse éveillée jusque tard dans la nuit », qui n’est d’ailleurs arrivée que légèrement. La raison est le manque d’immersion, le suspense trop long en début de livre, traînant, dans lequel plusieurs personnages sont mis en avant sans pourtant avoir d’arrière-plan. Cela est dommage, dans la mesure où l’histoire racontée se veut intéressante et prenante, c’est certain, malgré des personnages, bien que très différents, peu intéressants.

Point de conseil ce soir, donc, plutôt une conclusion simple. La Geste du Sixième Royaume est avant tout, à mon sens, porteuse d’un message visant à nous ouvrir l’esprit, les yeux, sur l’empreinte que nous laissons dans la nature. Je ne connais pas personnellement l’auteur et ne saurait juger si ce message est volontaire ou un fruit du hasard mais il a le mérite d’être là.

Pour le reste de l’histoire, le choix de le découvrir est à toi, cher compatriote de l’irréel errant sur Le Chemin du Butterfly… 🙂

A la semaine prochaine !

Envie d'intervenir? Laisse un Commentaire!