Divergente – 5 factions, 5 modes de vie. Ou peut-être 6?

Dans une Chicago détruite s’est créé un système de pensées construit sur la base de cinq factions aux normes et valeurs bien spécifiques. Sauf que certaines personnes ne répondent pas à ces standards. Les Divergentes.

Hello hello tout le monde! Continuons sur notre lancée des « livres ayant tellement marché qu’ils sont adaptés en film » avec Divergente, de son titre original Divergent (pourquoi féminiser le titre, je me le demande…), une trilogie de Veronica Roth. Première parution sous la Statut de La Liberté en 2011 et… En 2011 sous la Tour Eiffel! Si si, à même pas 6 mois d’écart!

Bon vous êtes pas là pour la partie technique, c’est pas Wiki, hein? Alors allons-y 🙂

Beatrice Prior est née Altruiste. Et ensuite?

Les Altruistes sont la faction vivant aveuglément pour aider les autres et font complètement abstraction de leur propre bonheur. C’est leur valeur centrale: l’altruisme.

Et les quatre autres factions suivent également leur code. Les Audacieux défient la peur, les Érudits vénèrent le savoir, les Sincères la vérité et les Fraternels, la communauté.

Si chaque être humain né dans une faction, dès ses 16 ans lui appartient le choix d’y rester. Ou de changer. Un choix pour la vie qui se décide en fonction des résultats à un test de personnalité.

Mais voilà… Certains êtres humains ne répondent pas à une valeur en particulier. Ils en partagent plusieurs. Sauf que ces êtres là sont traqués puisqu’ils ne peuvent ainsi être contrôlés.

Bienvenu dans Divergente.

Que dire sur Divergente?

Ce que je peux tout de suite dire, c’est que les 3 tomes sont inégaux. Si le premier a le mérite de posséder tout le suspense, tout le mystère lié aux Divergents, le cheminement du deuxième est plus long, plus lent, moins prenant. La conclusion rattrape toutefois le premier…

Ceci étant, l’entièreté de la vérité sur les Divergents ne se trouvent pas seulement dans le premier bouquin! Et l’intérêt ne se joue pas que sur ce sujet non plus.

Veronica Roth a la bonne idée de se focaliser sur un personnage en particulier, Beatrice Prior, du moins jusqu’au tome 3. La méthode est simple: Beatrice est la narratrice et tout ce que l’on vit est sa vie, ses émotions, ses sensations. Cette approche a le mérite d’être efficace et Beatrice est dépeinte avec une personnalité bien à elle (bien qu’un peu… Archétypale?). Un autre personnage possède cette médaille là par ailleurs (et je ne vous dirai pas qui!).

C’est certainement un parti pris, que les autres personnages soient moins détaillés, moins ancrés. D’une part car c’est une narration à la première personne et d’autre part car la parole n’est pas qu’à nos deux protagonistes mais plutôt à l’univers qui se veut bien détaillé pour une projection totale en son sein.

Côté histoire, on s’attend à ce qui va se passer dans une partie du premier livre. Mais pas ce qui se passera dans le troisième… La vérité est disséminée tout le long, ce qui permet à mon goût de s’accrocher sur le deuxième tome.

Et le film, dans tout ça?

Un mot sur l’adaptation cinématographique

Autant vous le dire, je ne serai pas tendre sur les films… Et pourquoi? Car ce ne sont pas des « adaptations ». Plutôt des « inspirations » qui ne rendent guère honneur aux livres, particulièrement aux personnalités de Tris et de… Nan, je ne le dirai pas!

Bon, ok, premier problème, c’est toujours dur d’adapter un bouquin dont la narration est à la première personne. D’accord, understood. Mais quand même!

Les Érudits, là, ok il y a une affaire louche avec les Audacieux, mais de là à la rendre ultra visible dans les films alors qu’elle est bien cachée dans les livres, c’est limite… Nan, honnêtement, le pire en termes de scénario, dans le 1, c’est quand même ce qui se passe quand le mystère se délie… L’amitié de Tris et Will, de Tris et Al est franchement laissée de côté dans les films. Cette fameuse scène entre Tris et sa mère vers la fin est juste là pour le show et ne fait pas autant briller la maman qu’elle le devrait…

Sinon, le plus drôle, c’est quand même Quatre (« Four », tellement plus classe). Un homme fort, dur, vaillant, mystérieux… Et tellement niais, dans les films. Sa faiblesse est elle aussi laissée de côté (et n’y voyez pas un paradoxe au vue du caractère du bonhomme!) pour – essayer – de le rendre viril. Oups.

Eh, une petite anecdote… Vous saviez que quand il était jeune Peter (le grand salo pas gentil du tout), il profitait de son statut de Sincère pour martyriser les autres? Ah non? Étonnant…

Autant vous le dire aussi, le deuxième film, il est à des kilomètres du tome 2. Vous voyez Paris? Vous voyez le Soleil? Rajoutez 2 fois cette distance et vous y êtes. Ce n’est pas le scénario, c’est une inspiration.

D’accord, d’accord! J’ai lu les livres et vous pouvez dire que « de toute façon les films, on peut pas tout dire ». Ben pourtant, il y a des très bonnes adaptations! Même Harry Potter a ses bons volets du septième art (oui oui).  Eh puis, honnêtement, entre nous, l’histoire d’amour avec Tris, elle fait plus Twilight (paraît que les livres sont bien, du reste. J’les lirai, un jour) que Divergente…

Alors, deux choix s’offrent à toi, cher(e) ami(e), soit tu t’abstiens de lire les livres et tu regardes les films, soit tu lis les livres et tu prends le risque de t’arracher les cheveux en regardant les films.

Car oui, malgré tout, si l’on retire le prisme du bouquin, le film se tient. Il se tient dans sa propre histoire. Pas dans celle du bouquin! M’enfin bon, je ne suis pas critique cinéma, hein…

Bon bon, d’accord, je me calme et je conclue!

Concluons sur cette trilogie qu’est Divergente!

J’en ai dit des méchancetés ce soir… Alors finissons sur du positif 🙂 . J’ai aimé Divergente, si si! J’y vois certes bien des défauts, je n’ai pas franchement accroché au deuxième tome mais le troisième a su – un peu – remonter le niveau.

L’histoire se tient, globalement. On aime Tris, on aime l’autre gars, là. On aime Christina, Will, Al et tous les autres. ON DETESTE PETER. Peter il est méchant. Horrible. C’est un enfo*ré de première. C’est bon, promis j’arrête!

Allez vous faire une idée, je vous prie. Le choix est à vous (et si vous venez me dire que les films correspondent méga trop aux livres, je vous renie), comme toujours. Je vous conseille ceci dit de les lire en Anglais, je trouve les noms de factions et autres bien plus classe!

A la semaine prochaine 🙂 . Du moins, avec un peu de chance… Je risque d’avoir du retard cette fois, alors soyez prévenus!

Envie d'intervenir? Laisse un Commentaire!