Les Effacés, livres 1 à 4 – Morts aux yeux des autres, vivants pour la justice

Des personnes parfaitement normales se retrouvent dans une machination qui les dépasse mais dans laquelle ils sont pourtant impliqués… Sans le savoir.

Bonsoir chères lectrices, bonsoir chers lecteurs! Cette semaine parlons une nouvelle fois d’un auteur… FRANÇAIS (cocorico comme qui dirait). Oui oui, deux fois en deux semaines, je sais. M’enfin, Le Chemin du Butterfly est un site français non? Alors défendons notre culture! Bon, je m’égards… L’auteur dont je vais parler est Bertrand Puard, à travers sa saga Les Effacés dont j’ai lue jusque là les quatre premiers tomes (pas de mystère, donc, sur le résultat de l’affaire, si?). Le premier, Toxicité Maximale est sorti en 2012 sous le nom original… Les Effacés, Toxicité Maximale. Je ne mens pas, vous n’avez qu’à vérifier! Trêve de plaisanterie. Cette fois-ci, avouons-le de suite, ce n’est pas un roman de l’irréel dont je m’apprête à vous faire la critique mais plutôt un roman d’espionnage et à suspense. Bien que la fantasy et le fantastique soient les plus appréciés par votre humble Pierre-Alexandre, je lis parfois autre chose!

Bref, bref! Trêve de bavardages, partons à la conquête de cette saga, voir ce qu’elle cache…

Les Effacés, un monde réel

Neil, un jeune ordinaire, bien sous tout rapport, manque de se faire assassiner. Quel est le mobile? Pourquoi lui? Il ne le sait pas, mais quelqu’un le sait. Nicolas Mandragore, un mystérieux homme qui semble savoir plus de choses qu’il ne soit disposé à en révéler. Il a monté un groupe de jeunes, les « Effacés« , des jeunes qui sont officiellement morts, enterrés aux yeux de tous. Parmi eux, en plus de Neil, se trouvent Ilsa, Mathilde, Emile et Zacharie, chacun baignant dans une affaire qui les a réunit sans aucune raison apparente et qui les a rendus orphelins.

Leur première mission tous ensemble s’avère être à travers les manigances d’un assassin voulant répandre un virus pouvant faire de graves dégâts. Et ce n’est là que leur première épreuve, dans laquelle ils lutteront bien plus que seulement pour la justice.

Ils lutteront pour la vérité.

Si je devais critiquer Les Effacés, qu’en dirais-je?

De manière générale, cette suite d’ouvrages est très accessible à qui veut bouquiner sans prise de tête tout en ayant l’envie de vivre des aventures réalistes et cultivant le suspense. C’est bien dans ce mot que se joue l’histoire, « suspense ». Rendu au quatrième tome, Face à Face, le rideau n’est qu’à peine levé. Et si cela peut en effrayer certains, cela n’est pas nécessaire car l’attente est compensée par des missions plutôt bien rythmés au fil des pages, sans lasser. Si bien que l’on ne sait pas quelle est le mystère au premier plan… Est-celui que ces jeunes et Mandragore essaient de délier ou est-ce celui de ces Effacés eux-même? Le choix est incertain.

Toujours est-il que chacun de ces mystères est assez bien ficelé. Sans grosse surprise gigantesque non plus – comme je l’ai dit, no prise de tête – on se plonge facilement dans l’intrique et veut connaître le dénouement. Et particulièrement sur ce qui pousse ce Nicolas à agir, quelle est son histoire, ses objectifs eux aussi bien mystérieux…

En parlant de personnages, chacun des personnages principaux est plutôt aisé à identifier, puisque mu d’une personnalité qui lui est propre, sans fioriture cependant. Mais la mayonnaise prend et on se laisse facilement emporter dans Les Effacés.

Finalement, Les Effacés, à lire ou pas?

Je vous mentirais si je disais non, puisque le 5e tome, Sombre Aurore est sur mon étagère, pour les raisons que j’ai évoquées: c’est une saga sans prise de tête et suffisamment mystérieuse pour que l’on veuille s’y perdre.

Alors, tout dépend de tes goûts, cher lecteur. Ce n’est pas un thriller de folie mais il a le mérite d’être plausible. Globalement.

Du coup, à toi de choisir!

Et à la semaine prochaine pour… Ben je sais pas encore. En ce moment, je lis le tome 2 des Chroniques du Monde Émergé, peut-être l’aurai-je fini d’ici là? 

Envie d'intervenir? Laisse un Commentaire!