Bobby Pendragon – Alias le jeune garçon qui s’avère être un voyageur

Et si la planète Terre n’était pas seule dans l’univers ? Et s’il existait d’autres terres, d’autres cultures, d’autres peuples ? Mieux encore, et si certaines personnes avaient la capacité de traverser le temps et l’espace pour y aller ? Bienvenu dans Halla.

Hello à toutes et à tous, cette semaine je vais vous parler d’une saga que j’ai lue – et finie – il y a de cela quelques années. Cette saga de 10 tomes, c’est Bobby Pendragon, de D.J. MacHale, dont le premier tome, Le Marchand de Peur est paru en 2002 aux Etats-Unis sous le titre The Merchant of Death et 1 an plus tard chez les mangeurs de baguettes. Aux côtés de cette première saga vient la trilogie Les Voyageurs (2010), qui tient lieu de préquelle à cette grande aventure. Eh non, la rubrique Une Histoire de Bouquins n’a pas seulement pour vocation de parler des bouquins que j’ai lus récemment 🙂

Bobby Pendragon, où vis-tu, est-ce bon de voyager à tes côtés ? C’est ici que l’on va le savoir. Hobie-ho, c’est parti !

Bobby Pendragon, un garçon de notre Terre… Seulement ?

Ce garçon de 14 s’apprête à participer au match de basket de sa carrière, dans une équipe dont il est le capitaine. Mais voilà, son Oncle Press, cette personne dont il est si proche sonne chez lui et son monde bascule totalement…

Bobby est un Voyageur. Un être ayant la capacité de s’aventurer vers d’autres mondes à travers des tunnels spatio-temporels appelés « flumes ». Ces tunnels sont les passages qui relient chacune des planètes : Denduron, Cloral, Première Terre et d’autres… Des mondes biens différents et pourtant centrales pour l’équilibre de l’univers. Et les Voyageurs sont les gardiens de cet équilibre. Sur chaque territoire ils surveillent, sur chaque territoire ils attendent le moment de vérité, le moment qui peut tout faire basculer.

Et où la lumière se pose, les ombres se projettent… Saint Dane, un homme puissant et dangereux a juré de détruire cet équilibre bien précaire en tirants les ficelles sur chaque territoire. Mais pourquoi ? Et comment ? A Bobby de le découvrir en partant à ses trousses, avec l’aide des 9 autres Voyageurs et de ses deux ordinaires meilleurs amis, Mark Dimond et Courtney Chetwynde.

Quelle place Bobby Pendragon d’Halla a-t-il dans ma bibliothèque ?

Cette plutôt longue saga nous laisse en haleine. C’est certain. Nous y suivons effectivement les aventures de Bobby Pendragon et, par extension, de ses deux meilleurs amis Mark et Courtney qui eux, ne sont que de simples terriens et pourtant qui savent tout… Car oui, la grosse particularité de cette histoire, c’est qu’elle est contée à travers un Journal de Bord, celui-ci rédigé par Bobby lui-même et dont ses amis sont les correspondants privilégiés, les seuls à connaître la vérité sur la mystérieuse disparition de leur ami.

Je vous avouerais que ça m’avait quelque peu étonné au premier abord. C’est une manière plutôt insolite de partager une histoire et j’avais peur que cela enlève au suspense… Après tout, si Bobby écrit, c’est qu’il est vivant, non ? Donc pas de surprise de ce côté-ci… Croyais-je ! L’aventure est aussi du côté de Mark et Courtney qui n’ont pas totalement à envier à leur ami.

Le journal de bord est vraiment une force certaine du livre, sans laquelle il n’aurait pas sa saveur. On se met ainsi dans la tête, le corps et le cœur du jeune Bobby Pendragon, ses interrogations. Qui sont les Voyageurs ? Comment peut-il être toujours au bon endroit au bon moment, précisément ? Pourquoi LUI ? Tant de questions simples et qui ont pourtant raison de nous tout au long des 10 tomes, jusqu’au dernier, Les Soldats de Halla, paru 7 ans après chez nous. Vous imaginez, 7 ans à se torturer l’esprit !

7 ans et 10 Tomes qui nous emmènent vers bon nombre de surprises, à vrai dire. Nous sommes loin de la Terre et pourtant très proches. Nous voyageons comme le jeune Bobby Pendragon à travers des contrées inconnues et ayant chacune leur culture, leurs mystères. Leur essence pure.

Et l’on se plaît si facilement à penser… Et si c’était vrai ?

Bobby Pendragon vaut-il le détour ?

Oui, oui et oui ! Malgré, il est vrai, quelques temps lents tout au long de l’aventure, voyager à travers le temps et l’espace d’une telle manière et grisant. Sentir les peurs de cet adolescent envoyé vers l’inconnu est grisant. Vivre comme étant Bobby Pendragon est grisant.

Alors, voyageur de l’irréel, sauteras-tu dans le flume ?

Envie d'intervenir? Laisse un Commentaire!