L’Apprenti d’Araluen, livre 1 – Ou la vie d’un orphelin en Araluen, sur les traces lointaines de son père

Will, un orphelin dont personne ne connaît le passé, souhaite arpenter la voie des chevaliers, celle que son père aurait soit disant prise durant sa vie jusqu’à ce qu’il laisse tomber sa lame… Sauf que tout ne se passe pas vraiment comme prévu.

Hello à toutes et à tous ! Cette semaine, parlons de l’oeuvre d’un Australien, John Flanagan. Ce livre est le tome 1 de la saga L’Apprenti d’Araluen, L’Ordre des Rôdeurs, paru en 2004 sous le titre original Ranger’s Apprentice : The Ruins of Gorlan (un jour, il faudra m’expliquer pourquoi la traduction d’un livre diffère tant de la version originale…). Et en 2007 chez nous (oui, oui, j’ai du retard, m’enfin j’ai beaucoup de livres à lire hum…) !

Will ? Araluen ? C’est quoi, c’est bien, recommandé ou pas ? Voyons voir…

Will d’Araluen, qui est-ce ?

Bienvenu en l’an 643, quelque part loin du monde moderne. Un territoire ravagé par la guerre une quinzaine d’années plus tôt, après les agissements d’un certain Morgarath, aidé de monstres terribles et puissants. Un territoire qui  se reconstruit et s’apprête pourtant à revoir des heures sombres…

Will, cet orphelin qui a grandi parmi d’autres orphelins sur les terres d’Araluen va bientôt devoir choisir son chemin auprès des Guildes qui ont de la place pour eux : dans l’univers fermé et sophistiqué des cuisines ? Dans celui plus hargneux, plus violent auquel on doit faire face en tant que guerrier ? Peut-être scribe ? Diplomate ? Parmi ses camarades parfois amis, parfois rivaux, ou les deux, qui trouvera aussi sa voie ?

Lui, c’est la voie du guerrier qui l’intéresse, car son père aurait été guerrier, d’aussi loin qu’il puisse le savoir. Et il veut que son père, qu’importe qui il était puisqu’il n’est qu’une image forgée dans l’esprit du garçon, soit fier de lui. Sauf que Will est petit, agile, mais petit. Apparemment pas fait pour ce chemin dangereux et musclé contrairement à son arrogant et fort camarade Horace. Mais Will est agile, sait se jouer des ombres et des regards, sait disparaître. Peut-être est-ce là sa voie, bien moins glorieuse à ses yeux ?

Celle des Rôdeurs, celle d’une caste réputée mystérieuse et ténébreuse, effrayante et rejetée. Par Will aussi… Pourtant, c’est elle qui le choisira. Malheureusement ou heureusement ? Bonne question…

Que valent les terres d’Araluen selon moi ?

L’Ordre des Rôdeurs se focalise principalement (mais pas que) sur la vie de ce jeune Will alors qu’il arpente la voie des ombres. On y vit à ses égarements, ses doutes, ses peurs, ses faiblesses.

On vit comme en étant Will, sa souffrance d’être un « Sans nom » parmi les « Sans parents ». On vit aussi comme étant l’athlète Horace, un autre orphelin qui a lui gagné la voie des guerriers qu’il idolâtrait comme étant le chemin vers la gloire. Que ce soit Will ou Horace, il est aisé de se mettre dans la peau de ces jeunes enfants perdus au milieu des autres et pourtant déterminés à se battre. Ce premier tome retrace leurs débuts vacillants et dangereux.

Et ce tome le fait très bien, à travers une narration finement menée et un scénario plutôt simple (à priori, ce n’est que le tome 1..!) mais efficace. Pas besoin de feux d’artifice, pas besoin de magie complexe (au moins jusque là aussi), juste besoin d’un monde dans lequel se réfugier quelques heures.

Alors, Araluen, on s’y lance ou pas ?

Je n’irai pas par quatre chemins. A mon goût, oui. Le résumé caché derrière la 4e de couverture fait pourtant pâle figure et ne donne clairement pas envie. Ceci dit, les conseils avisés d’une très sympathique libraire ont rejoint ceux de mon instinct (malgré tout). Alors, je me suis lancé !

Et de fil en aiguille, le deuxième tome s’est retrouvé dans ma bibliothèque…

Anyway, make your choice ! 🙂

Envie d'intervenir? Laisse un Commentaire!