5 règles pour partir à Deux et Réussir à se Supporter

Pour certains, partir signifie aussi partir ensemble, ce qui est notre cas à Wendy et moi. Et vivre à deux, c’est aussi une aventure. Tiens, voilà le sujet de la semaine!

Hello à toutes, bonjour à tous! Aujourd’hui nous allons aborder un sujet un peu éloigné de Dublin mais qui est pourtant une partie intégrante de cette année de césure: la vie à deux. Rassurez-vous, le sujet n’est point à la poésie ou aux histoires d’amour, plutôt au partage d’une expérience à part entière, celle de voyager accompagné(e).  Et ce, que ce soit en amour, en amitié ou juste avec des inconnus (pas de hors contexte, s’il vous plaît!). 🙂

Alors, que faut-il pour réussir une telle expérience? La Réponse en 5 points à appliquer avec votre concubin(e) et colocataire(s)!

Le point sur nos personnalités mutuelles

De prime abord, parler de qui nous sommes peut sembler inutile mais je pense que c’est important pour rendre le discours qui suit… Crédible?

Que ce soit elle ou moi, nous avons un sale caractère (sans vouloir m’attirer les foudres de qui que ce soit!). Nous sommes francs et direct, parfois blessant… Bref, si la situation sent l’orage, les chances que la foudre tombent et fasse mal sont très nombreuses. Alors, il faut être intelligents et ouverts.

Bien sûr, nous avons aussi nos bons côtés (faut bien compenser), avec en tête de liste une joie de vivre à toutes épreuves que l’on peut assimiler à une folie de vivre. Et entre nous, être franc est loin d’être un défaut, vous ne croyez pas?

Cette introduction faîte, passons aux choses sérieuses. Et encore une fois, ces règles s’appliquent aux couples comme aux amis en colocations ou tout autre équivalence!

Les 5 règles à suivre

Règle #1 : Se mettre d’accord dès le départ

Qui fait la vaisselle? Qui fait à manger? Non, je ne parle pas (que) de ça à travers ce point. Chacun à une personnalité propre, voire saillante, qui va se confronter à la personnalité de l’autre.

Dès lors, il faut mettre les choses au clair dès le départ. Que voulez-vous? Travailler? Etudier? En fonction, vous n’aurez pas les mêmes besoins, ni mêmes ressources! Sauf que la maison, les frais, vous les aurez à deux (ou plus)!

Et autant vous dire que si vous faîtes vos choix après avoir atterri, vous risquez de ne pas être d’accord car vous n’aurez tout simplement pas les mêmes choses en tête.

Règle #2 : Parler à cœur ouvert avec ceux qui nous accompagnent

La première étape n’est pas nécessairement dure. En revanche, celle-ci l’est totalement car elle représente un concept qui peut se heurter difficilement aux personnalités: la communication.

Un concept aussi important qu’abstrait, c’est vrai.

Pour l’anecdote, nous étions en colocation avec des Allemandes, lors de notre première semaine à Dublin et cette règle s’appliquait bien évidemment à elles aussi. Elles étaient deux amies parties étudier dans la même école de langues. Selon leurs propres mots, si jamais elles ne parlaient pas lorsqu’elles avaient quelque chose sur le cœur, la situation pouvait dégénérer. Et vous savez quoi? Elles avaient décidé dès le début qu’il fallait qu’elles se parlent dans ce genre de situation.

En clair, c’est vrai en amour comme en amitié: parlez-vous. Vous en avez marre que votre colocataire/concubin(e) fasse du bruit pendant que vous dormez? Vous en avez marre de voir la vaisselle qui traîne? La lunette des toilettes levée vous rend folle?

Dîtes-le avant que tous ces détails forment une boule de colère.

Par exemple,

Règle #3 : Accepter la présence d’autrui

En tant qu’individu, vous avez vos habitudes, votre routine…  Oubliez-la. Ou en tout cas, adaptez-la.

Peut-être viviez-vous chez vos parents. Peut-être viviez-vous seul(e)… Quoiqu’il en soit, vous n’avez probablement jamais vécu avec quelqu’un partageant votre lit toutes les nuits et vivant dans votre maison.

Donc, oubliez les moments où vous sortiez de la douche (à moitié?) nu(e) ou chantiez à tue-tête le dernier single de la vedette du moment car vous n’êtes pas seul(e).

Et ça peut faire peur, voilà pourquoi vient la quatrième règle.

Règle #4 : Ne pas se renfermer dans son confort et/ou bulle

Voilà un point particulièrement difficile car là encore, il s’agit de votre personnalité et ce n’est pas si éloigné de la règle #2.

Prenons comme exemple… Moi-même, justement. Extraverti, c’est certain, pourtant vous ne m’entendrez pas parler de moi! Ça inclut les problèmes ou les ressentiments! Ça, c’est le côté bulle. J’ai mes moments où je me cache quelque part ailleurs pour écrire un article ici, pour lire un bouquin… Il faut juste que ces moments ne soient pas trop présents! Peut-être avez-vous une passion, un passe-temps? Dans ce cas, et c’est surtout vrai en couple, gardez du temps pour l’autre! 

Plus général maintenant, le confort! Oui, vous aimez laisser traîner vos chaussures dans l’entrée au milieu du passage. Oui, vous avez l’habitude de mettre les pieds sous la table à attendre votre assiette.

Non, laisser traîner ses affaires dans les lieux communs ne fait pas plaisir à vos colocataires! Pour le coup, je ne parle pas en connaissance de cause car nous avons suivi les règles avec notre colo’couple!

Règle #5 : Respecter chacun et respecter l’espace vital de chacun

Enfin, un dernier point tout aussi important : le respect. Bon évidemment, on évite d’insulter ses amis avec des expressions plus ou moins vulgaires et aussi de voler dans le placard de sa sœur (ben oui, partir à deux peut être en famille!).

Et dans le respect de l’autre, il y a celui de l’espace vital. Par exemple, Wendy est du genre « on ne me parle pas avant mon café ». C’est son droit et vaut mieux le lui laisser (c’est moins risqué). Chacun a quand même des habitudes à garder et personne n’a le droit de les bousculer, sauf si celles-ci deviennent un frein à toute relation ou cohabitation.

Ne soyez pas obtus, ouvrez-vous car vous voulez que les autres soient ouverts pour vous. Bienvenue dans la vie en société!

Mise en pratique de ces règles dans une colocation entre deux couples

Mettre les choses au clair dès le début

Nous avons rencontré notre colo’couple quelques semaines avant notre arrivée à Dublin. Nous avons discuté de nos objectifs et besoin mutuels. Eux voulaient travailler, nous étudier puis travailler. Nous avions chacun notre budget: 800€ tout compris.

Par la suite, nous sommes tombés sur un appartement neuf donc ayant besoin d’être rempli (une étape assez fatigante comme vous pouvez la découvrir à travers cet article sur notre deuxième semaine).

Les chambres ont été attribuées au début et les changements de chambres aussi! On partage le liquide vaisselle ou pas? Oui? Ce sont des détails, pourtant croyez-moi, trop de détails bâclés entraînent des risques de bonnes raclées.

Communiquer

Vivre à deux, c’est déjà pas facile. Vivre à 4? Eh bien c’est dans la même veine, nous sommes un couple de deux couples avec les problèmes qui vont avec!

Eh oui! Nous partageons tout: factures, couverts, salle de bain… Autant de raisons comportant des détails pouvant gêner. Donc quand nous avons quelque chose à reprocher, nous le faisons (et le plus tôt le mieux).

Même pays, même langue, pas même habitudes et manies. Les lumières peuvent être oubliées, les gestes peuvent rendre dingues. Plutôt que d’attendre que ça explose, autant faire les choses quand elles viennent. Et merci, nous sommes 4 jeunes adultes mâtures. Ce n’est pas si évident!

Aussi, nous avons dû remplir notre appartement à 4. Nous avons dû nous mettre d’accord, à 4! Déjà qu’à deux c’est pas simple… Non, plus sérieusement, cela fait partie du jeu et il faut surtout en parler. De notre côté, nous étions à peu près sur la même longueur d’onde, donc point de soucis.

Accepter les présences étrangères

Nous avons des rythmes de vie différents (parfois jour/nuit!) et cela pourrait causer des fictions si jamais nous n’acceptions pas cette différence.

Que ça vous plaise ou non, si votre colocataire rentre à 4h du matin et qu’il a faim, il faut le laisser cuire son steak. Quoi? Vous dormez? Et lui, il ne dort pas quand vous faîtes vos pâtes à 19h30? Eh bien voilà. Ne vous laissez pas marcher dessus non plus, hein!

Vous n’êtes pas seul(e)s alors acceptez aussi les habitudes de l’autre même si elles ne sont pas les vôtres.

Confort et bulle, à consommer avec modération

Nous sommes tous les 4 en pleine aventure et avec probablement l’envie de la partager. Soyons sociables et pas grincheux! Et ça tombe bien, nous sommes tous les quatre ouverts à la conversation (quand on le peut, vu les horaires parfois) et il nous arrive de nous retrouver pour partager une pinte.

L’Espace Vital

Chaque couple à son intimité (sans arrière pensée). Donc non, n’entrez pas dans la chambre en furie sauf si on vous a dit oui! Peut-être qu’un couple veut se retrouver tous les deux pour manger? Eh bien faut décoller du canapé dans ce cas là!

Conclusion!

Encore une fois, tout se passe bien avec notre colo’couple (bien mieux que d’autres colocations, à vrai dire). Et jusque là rien à reprocher, enfin plus maintenant (dans les deux sens).

Bref, si vous suivez ces quelques règles, vous n’aurez point de mal à vivre avec votre frère/copine/colocataire (3 personnes différentes, là, sinon c’est bizarre…) et mieux, vous apprécierez! D’ailleurs, c’est aussi vrai chez soi, en famille, ces règles s’appliquent en réalité dans toute expérience de cohabitation!

Quoiqu’il en soit, n’hésitez pas à donner votre avis sur la question, si vous considérez qu’il y a d’autres règles, lancez-vous! Partagez votre expérience 🙂

Et pour conclure sur une citation d’un ami, avant que je parte:

La pire erreur que tu puisses faire là-bas, c’est de ne pas faire de compromis. Tu dois faire des compromis pour que ça se passe bien entre vous. Reste pas dans tes habitudes et ouvre toi.

A la semaine prochaine! 🙂

4 Responses to “5 règles pour partir à Deux et Réussir à se Supporter

  • Hey les jeunes,

    Je me présente, je suis une collègue de travail de Sylvie a qui elle a le plaisir de raconter votre aventure à Dublin chaque semaine.
    Elle m’a parlé de ton site, et je dois dire qu’il est très agréable à lire et très bien fait pour ceux qui seraient intéressés d’y aller avec une touche d’humour de temps en temps .
    Je vous tire mon chapeau pour partir « presque » à l’aventure réaliser vos souhaits, moi à votre âge j’aurais pas osé, un peu « cul cul la praline ».

    J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes, Sylvie n’attendait que votre arrivée et m’a fait part de vos jolis pulls « made in Irlande » et petit message personnel à Wendy, je compte sur toi pour apprendre l’anglais à ta mère à ton retour.

    Je vous souhaite pleins de bonnes choses et de passer de bonnes fêtes de fin d’année.

    Slàn agat ou bybye (vive google traduction)

    • Hello Krole (ou devrais-je dirais Carole, m’enfin peut-être es-tu sous couverture!) 🙂

      Je suis ravi que le site te plaise! Après tout, c’est le but. Beaucoup de cœur y est mis alors c’est toujours un bonheur de voir qu’il fait son travail. Ne serait-ce que pour cela, MERCI.

      Pour ce qui est de ne pas oser (et je ne m’avancerai pas sur les raisons!), il n’est pas trop tard… ;).

      Au même titre que Sylvie, nous avons aussi passé de merveilleux jours de Noël en compagnie de nos familles respectives (et belles-familles!). On aurait voulu ramener des pulls (ou plutôt, des « Jumpers ») pour tout le monde, m’enfin la valise ne se prêtait pas à ce jeu. Alors nous les avons gardés pour nous tout seul héhé.
      Wendy qui doit apprendre l’anglais à sa mère, moi qui doit apprendre à Sylvie comment utiliser Adobe Illustrator, une belle retraite en perspective s’approche hein!

      Bref, merci une fois encore pour ton commentaire plein de gentillesse. J’espère que tu as toi aussi passé un très bon Noël et que tu as été gâtée par Santa! Eh puis, Bonne Fin d’Année 2015

      Je ne m’avancerai pas sur le gaélique alors en substitut je te propose ce mot anglais, adorable: « Cheers! ». On peut le placer un peu partout, y compris dans ce contexte 🙂 :
      -Je dois y aller
      -A plus tard, cheers!

      A la Revoyure sur Le Chemin du Butterfly!

      P.S.: Je me permets de te tutoyer, c’est la politique de la maison 🙂
      P.S.S.: Merci encore 🙂

  • Coucou c’est toujours un plaisir de te lire.
    J’ai bien aimé dans ton texte « hors contexte »
    Ça faisait longtemps.
    Vivant en couple comme tu le sais je trouve que tes règles sont le reflet de se qu’on vit.
    Partager notre vie à 2 n’est pas la même chose qu’en famille. C’est super apprendre à vivre ensemble.
    Tu as quand même plus de responsabilité mais ca en vaut tellement le coup. L’aventure aussi. Que se soit partage, concession, petite prise de tête, amour, foux rire, s’embêter pleins de mots décrivant une vie de couple
    Continue à écrire aussi bien.
    J’ai hâte que vous reveniez vos bouilles me manquent lol
    A tres tres vite car vous arrivez aujourd’hui.
    Gros bisous

    • Hellau-Rélie!

      Maintenant que l’on est passé, tu as eu ta dose de Hors-Contexte? 😀 . Bon, désolé pour le temps que j’ai mis à répondre, j’étais un peu débordé comme tu le sais 🙂 .

      Quoiqu’il en soit, c’est cool d’avoir ton point de vue (pas si différent d’ailleurs!). Comme quoi, certaines choses sont assez semblables d’un couple à l’autre.

      Rendez-vous en France déjà fait, je te propose Dimanche-Lundi pour le prochain article en Irlande!

      Gros bisous Aurélie 🙂 .

Envie d'intervenir? Laisse un Commentaire!